Le autorità iraniane osservano Bitcoin (BTC) per il pagamento delle importazioni

Il governo iraniano ha reso obbligatorio per i minatori di Bitcoin Revolution nel paese di vendere le proprie monete allo stato, in modo che le autorità possano utilizzare la valuta digitale per pagare le importazioni in mezzo a sanzioni internazionali paralizzanti, secondo i rapporti del 30 ottobre 2020.

L’Iran spera in Bitcoin

Mentre l’Iran è uno dei paesi più ricchi del mondo quando si tratta di petrolio greggio e produzione di gas naturale, l’economia dello Stato Islamico è stata quasi paralizzata dalle sanzioni internazionali e dalla pandemia COVID-19 che ha fatto crollare la sua produzione giornaliera di petrolio da 3,1 milioni. barili a soli 1,9 milioni.

Nel tentativo di alleviare le sue difficoltà economiche e generare fondi per il pagamento delle importazioni, il Ministero dell’Energia e la Banca Centrale dell’Iran ha messo in atto una legislazione che rende obbligatorio per i minatori di bitcoin registrati nella regione di vendere le loro monete al stato.

Si ricorderà che ufficialmente il governo iraniano legalizzato operazioni di mining di criptovaluta nell’agosto 2019 e ha reso obbligatorio per i minatori ottenere la licenza necessaria dal Ministero dell’Industria, delle Miniere e del Commercio.

Per fonti vicino agli ultimi sviluppi, l’Iran, che ha recentemente cambiato la sua valuta di riserva primaria dal dollaro USA allo yuan cinese, poiché non può più accedere alle sue riserve in USD, ha visto crollare le sue riserve estere di oltre il 33% negli ultimi 24 mesi e ora sta cercando il modo di trasformare le sue fortune in calo.

Mentre bitcoin (BTC) e altre criptovalute sono completamente diverse dalle valute legali globali, il governo iraniano spera che la natura senza confini del primo gli renderà più facile pagare i suoi partner commerciali internazionali

Sebbene il governo debba ancora rilasciare ulteriori dettagli sulla mossa, la CBI ha tuttavia lasciato intendere che i miner saranno tenuti a inviare le criptovalute direttamente a canali specifici che verranno loro forniti.

Con il prezzo del bitcoin (BTC) ora puntando di nuovo alla luna, resta da vedere se il governo iraniano sarà in grado di acquistare le monete dai minatori a un prezzo ragionevole che renderà l’accordo uno scenario vantaggioso per tutte le parti.

La posizione dell’Iran sulle criptovalute rimane poco chiara, come quella del governo regolamenti per quanto riguarda la fiorente asset class digitale non può essere descritta come completamente suscettibile, tuttavia, la nuova alleanza potrebbe potenzialmente cambiare le cose, soprattutto se la nazione attutisce con successo gli effetti negativi della sua sanzione internazionale tramite bitcoin.

IOTA-basiertes Projekt IOT2TANGLE startet Open-Source-Hub

IOTA-basiertes Projekt IOT2TANGLE startet Open-Source-Hub, Bosch und Raspberry an Bord

IOTA-Protokoll-Enthusiasten laden alle Entwickler zur Teilnahme an der erstaunlichen IoT-Initiative I2T Hub ein

  • Einführung I2T-Hub
  • Plug-and-play IoT-Ökosystem powered by IOTA

Die Enthusiasten des „Internets der Dinge“ haben ihr neuestes Open-Source-Entwicklungsprogramm enthüllt. Jetzt kann jeder in einem gemeinsamen Repository mit der Programmierung über Bitcoin Trader für IoT-Geräte experimentieren. Die beliebtesten Hardware-Elemente sind in I2T enthalten.

Einführung des I2T-Hubs

Laut der offiziellen Erklärung der IOT2TANGLE-Gemeinschaft ist der I2T Hub ein Open-Source-Repository, um IoT-Systeme mit den am weitesten verbreiteten Geräten auszustatten. Raspberry, Bosch XDK, CISS, ESP32, ESP826, STM32, MSP430 und andere Arten von Hardware-Instrumenten werden Daten an IOTA’s Tangle senden.

Unser I2T Open Source Hub ist jetzt öffentlich! Diese erste Version enthält ein Streams Gateway, Unterstützung für den @Bosch_BCDS XDK110, @Raspberry_Pi + SenseHat, @Raspberry_Pi + I2T Sensors Stack + Streams Explorer. Lesen Sie den Beitrag! #FridayReleaseOnly https://t.co/V5c5mkR8n5
– IOT2TANGLE (@iot2tangle)
9. Oktober 2020

So kann jeder Enthusiast Open-Source-Software entwickeln, um das Potenzial von Tangle mit diesen Geräten zu nutzen. Der I2T-Sensorstapel enthält zahlreiche Merkmale, die von IOTA-gespeisten Sensoren verfolgt werden können, z.B. Lufttemperatur, Luftfeuchtigkeit, Druck usw.

Außerdem können die in I2T enthaltenen Sensoren die Schall- und Lichtintensität analysieren. Die Organisatoren betonten, dass nicht alle Sensoren in die in Entwicklung befindlichen Lösungen einbezogen werden sollten. Das System selbst wird feststellen, welche Datenquellen für bestimmte Lösungen benötigt werden.

Die Ingenieure müssen also nur die erforderlichen Geräte liefern und installieren und mit den Experimenten beginnen, während I2T bei der Verarbeitung der Daten zu IOTA’s Tangle hilft. Mehrere Schritt-für-Schritt-Anleitungen machen die Installation auch für IoT-Neulinge einfach.

Plug-and-Play IoT-Ökosystem mit IOTA

Streams Gateway wird als schlüsselfertiger Punkt für das gesamte System mittels Bitcoin Trader fungieren. Es wird ein „Hörer“ für alle Datenströme von miteinander verbundenen Geräten sein. C- und Python-geschriebene Skripte werden eine reibungslose Entwicklererfahrung und einen zuverlässigen Datentransfer garantieren.
I2T-Sensor-Stapel verkabelt in einem Raspberry I2T Universal Streams Gateway

Schließlich werden spezielle Streams Explorers bei der Suche nach den Nachrichten in der massiven Dateninfrastruktur des I2T-Hubs helfen. Die Entwickler von IOT2TANGLE behaupten, dass dem neu veröffentlichten Ökosystem in naher Zukunft noch viele weitere Geräte hinzugefügt werden.

Pourquoi les mineurs de bitcoin n’utilisent pas plus d’énergie renouvelable

Le changement climatique pourrait rendre l’exploitation minière de Bitcoin encore pire pour l’environnement.

En bref

  • Une enquête montre que 76 % des mineurs ayant fait leurs preuves ont utilisé des énergies renouvelables, mais que seulement 39 % de la consommation totale d’énergie provient en fait de sources renouvelables.
  • Cela reflète la volatilité saisonnière globale de l’énergie hydroélectrique pour l’exploitation minière, qui ne peut qu’empirer avec les effets croissants du changement climatique.
  • Cela soutient l’affirmation selon laquelle la concurrence des mineurs pour la rentabilité rend l’exploitation minière de Bitcoin moins „verte“ au fil du temps.

ien que 76 % des mineurs ayant fait leurs preuves déclarent utiliser des énergies renouvelables dans leur mélange de combustibles, les énergies renouvelables ne représentent que 39 % de la consommation totale d’énergie des mineurs de monnaie cryptographique dans le monde, selon une enquête du Centre for Alternative Finance de l’université de Cambridge, publiée à la fin du mois dernier.

Pour extraire la cryptoconnaissance, les ordinateurs s’affrontent pour résoudre des énigmes informatiques complexes. Comme la force brute est le seul moyen de résoudre ces énigmes, seuls les ordinateurs les plus puissants – et donc les plus gourmands en énergie – réalisent des bénéfices.

L’indice de consommation d’électricité Bitcoin Up de Cambridge estime que les mineurs de Bitcoin consomment 7,55 gigawatts d’électricité par an. Une autre mesure produite par Digiconomist estime que l’extraction de bitcoin produit une empreinte carbone comparable à celle du Danemark, et une consommation d’énergie qui rivalise avec celle de la Colombie.

Sur un échantillon de 280 grandes sociétés de cryptologie dans 59 pays, l’enquête de Cambridge montre que 62 % des sociétés minières ont déclaré utiliser l’énergie hydroélectrique pour alimenter les mineurs de cryptologie, 17 % ont déclaré utiliser l’énergie éolienne, 15 % l’énergie solaire et 8 % l’énergie géothermique.

Cependant, l’enquête montre également que sur l’ensemble de l’énergie consommée pour l’extraction des monnaies cryptographiques, seuls 39 % proviennent de sources d’énergie renouvelables. Les 61 % restants proviennent de sources d’énergie non renouvelables, comme les combustibles fossiles comme le charbon.

Comment la volatilité de l’hydroélectricité en Chine rend les énergies renouvelables coûteuses

Selon le Bitcoin Electricity Consumption Index (CBECI) de Cambridge, la région Asie-Pacifique produit 77 % du haschisch de Bitcoin. Et selon l’enquête, 65 % des hashers de cette région ont déclaré qu’ils dépendaient à parts égales de l’hydroélectricité et du charbon.

Cela s’explique par le fait que les sociétés minières chinoises dépendent de l’énergie hydroélectrique bon marché pendant la saison des pluies de la province du Sichuan, puis de la houille une fois que la saison sèche commence en octobre et se déplacent vers des provinces plus froides, comme le Xinjiang, où elles dépendent des combustibles fossiles mais ne paient pas les frais de refroidissement.

Alex de Vries, fondateur de Digiconomist et créateur de l’indice de consommation énergétique Bitcoin, a déclaré à Decrypt : „Les mineurs de bitcoin aimeraient probablement avoir accès à des excès bon marché d’énergies renouvelables comme celles-ci tout au long de l’année, mais la réalité est que ces excès n’existent tout simplement pas en dehors de la période estivale“.

De Vries a déclaré que le changement climatique pourrait rendre l’énergie hydroélectrique bon marché du Sichuan moins attrayante pour les mineurs, étant donné que les changements de régime des pluies, les courants d’air et les inondations rendent difficile l’obtention d’un approvisionnement régulier en électricité bon marché.

„Il ne faut pas s’étonner que nous assistions à une augmentation significative de l’activité minière“

dans des pays (dépendant des combustibles fossiles) comme le Kazakhstan et l’Iran“, a-t-il déclaré, alors que Cambridge a découvert que ces régions alimentaient 10 % du hashrate de Bitcoin, selon des données de septembre.

„L’extraction de bitcoin est une opération 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, tout au long de l’année. Elles nécessitent à la fois une énergie bon marché ET constante. Vous n’allez tout simplement pas obtenir cela uniquement à partir de sources d’énergie renouvelables“, a-t-il déclaré. Dans des endroits comme le Kazakhstan et l’Iran, qui offrent des combustibles fossiles bon marché, „les mineurs peuvent obtenir de l’énergie bon marché toute l’année“.

Un graphique de Digiconomist illustre ce point. La concurrence des mineurs et la rentabilité ont rendu l’exploitation minière de Bitcoin moins „verte“ au fil du temps. A moins que des algorithmes miniers moins gourmands en énergie ne soient développés ou que des percées dans le domaine des énergies renouvelables ne soient découvertes, l’empreinte environnementale de l’exploitation minière de Bitcoin ne fera qu’empirer.